Le bail commercial de courte durée : une nouveauté en Wallonie
18/04/2018

  • Face à la tendance des magasins et restaurants éphémères (pop-up), le décret flamand du 16 mars 2016 a instauré un cadre juridique relatif aux baux commerciaux de courte de durée. La Région wallonne vient de lui emboiter le pas et instaure aujourd’hui en Wallonie un régime très similaire (« Décret relatif au bail commercial de courte durée et modifiant le Code civil »).
  • Le nouveau décret s’applique au bail, conclu par écrit pour une durée égale ou inférieure à un an, d'un immeuble ou d'une partie d'immeuble expressément affecté principalement par le preneur à l'exercice d'un commerce de détail ou à l'activité d'un artisan directement en contact avec le public.
  • La sous-location et la cession du bail sont interdites, sauf volonté contraire des parties expressément exprimée par écrit.
  • Le bail a une durée maximale d’un an et prend fin automatiquement à l’expiration de son terme.
  • Le bail peut être reconduit moyennant le respect des conditions suivantes: (i) l’accord des parties expressément exprimé par écrit (ii) aux mêmes conditions de loyer que le bail initial et (iii) sans que la durée totale de la location n’excède un an.
  • Le nouveau décret prévoit que dans le cas où le preneur resterait dans les lieux loués, sans opposition du bailleur (notifiée par écrit dans le mois suivant la date d'expiration) de telle sorte qu’il les occupe pour une durée totale supérieure à un an, les dispositions du régime du bail commercial « de longue durée » s’appliquent et le bail est alors réputé avoir été conclu pour une période de 9 ans à compter de son entrée en vigueur initiale.
  • Le preneur peut à tout moment mettre fin au bail moyennant la notification d’un préavis d’un mois au moins par envoi recommandé. Le préavis commencera à courir le premier jour du mois qui suit la réception du courrier recommandé.
  • Sauf convention contraire écrite, le preneur peut effectuer toute transformation du bien loué qu’il juge utile pour son commerce pour autant que (i) les coûts ne dépassent pas une année de loyer (ii) que la sécurité, la salubrité et la valeur esthétique du bâtiment n’en sont pas compromises et que (iii) le bailleur en soit informé par lettre recommandée avant le début des travaux. Le bailleur et, le cas échéant, le preneur peuvent s'opposer aux travaux pour justes motifs dans les dix jours de la réception de l'envoi recommandé.
  • Ce décret entrera en vigueur le 1er mai 2018.

Voir aussi : Lydian

[+ http://www.lydian.be]


Click here to see the ad(s)
Tous les articles Droit des baux

Derniers articles Droit des baux

De nouvelles mesures corona facilitent l'organisation de l'assemblée générale des copropriéta...
15/03/2022

L'arrêté royal du 5 mars 2022 concerne le passage au code jaune sur le baromètre corona depuis le ...

Read more

Les nouvelles mesures liées au Corona interdisent à nouveau les assemblées générales des cop...
21/12/2021

Suite à nos précédents e-flashs du 1e avril 2020, du 20 avril 2020, du 6 mai 2020 ...

Read more

Le Covid-19 et le vide locatif ne constituent pas des cas de force majeure...
16/11/2021

Le Covid-19 et le vide locatif ne constituent pas des cas de force majeure concernant le défaut d’inté...

Read more

Loyers commerciaux en 2021 : comment bénéficier des deux « mesures Covid »
17/06/2021

On sait désormais que la situation prolongée de la crise sanitaire a eu et aura – pendant encore ...

Loyers commerciaux en 2021 : comment bénéficier des deux « mesures Covid » Read more

LexGO Network