Comment gérer les (nouvelles) relations commerciales contractuelles durant l’épidémie du coronavirus?
06/04/2020

Dans notre précédent e-zine, nous avions principalement mis l’accent sur l’impact du coronavirus sur les relations contractuelles existantes. Dans le présent e-zine, nous nous concentrons sur les relations futures, car en ces temps difficiles, il est extrêmement important pour les entreprises de continuer à conclure des contrats avec leurs clients et de pouvoir fournir des biens et/ou des services.  

1.    Insérez des dispositions spécifiques dans votre contrat pour vous prémunir des conséquences du coronavirus

Si, en tant qu’entreprise, vous concluez de nouveaux accords avec des clients, vous ne pouvez en principe (plus) invoquer le coronavirus comme un cas de force majeure pour justifier une éventuelle non-exécution, comme par exemple le non-respect d’un délai de livraison contraignant. Le coronavirus et son impact sur la relation contractuelle ne constituent plus une situation imprévisible au moment de la conclusion du contrat, condition pourtant requise pour qu’il soit question d’un cas de force majeure en vertu du droit commun. 

Il semble donc approprié d’insérer dans les nouveaux contrats les dispositions spécifiques suivantes: (i) une clause de force majeure personnalisée et (ii) une clause personnalisée concernant les délais de livraison et la responsabilité. 

a)    Clause de force majeure personnalisée

Tout d’abord, il convient de prévoir dans les nouveaux contrats une clause de force majeure dans laquelle une pandémie (en référence au coronavirus), une épidémie et/ou une mesure de quarantaine sont prévues comme exemples non exhaustifs de cas de force majeure et où il est expressément stipulé que les conditions d’application du droit commun quant à l’imprévisibilité relatives à la force majeure ne doivent pas être remplies. 

Bien qu’une telle clause de force majeure personnalisée nécessite toujours un examen au cas par cas au cours duquel la non-imputabilité de la situation de force majeure et le lien de causalité entre la situation de force majeure et l’inexécution doivent être prouvés, cette clause constitue en toute hypothèse un premier outil important pour permettre à l’entreprise de suspendre ses engagements de manière temporaire ou définitive. 

b)    Clause personnalisée concernant les délais de livraison et la responsabilité

En outre, il convient de mentionner le coronavirus comme une circonstance justifiant dans les nouveaux contrats, par exemple, de ne convenir que d’un délai de livraison indicatif avec un client. Si cela n’est pas possible, l’on peut penser à prévoir un délai de livraison très étendu/long dont votre entreprise sait à l’avance qu’elle dispose d’une marge suffisante, notamment en cas de problèmes d’approvisionnement dus aux conséquences économiques du coronavirus. Bien entendu, cela n’exclut pas l’application d’une (clause de) force majeure. 

En outre, une entreprise peut limiter davantage sa responsabilité potentielle liée à un retard de livraison (en tant que forme d’inexécution) en stipulant qu’en cas de difficultés de livraison, les parties contractantes doivent d’abord tenter de négocier afin de parvenir à un accord sur une date de livraison « renégociée ». 
Une modalité supplémentaire consiste à limiter en toute hypothèse la responsabilité d’une entreprise pour ce type de manquement contractuel à un montant relativement faible (à noter toutefois qu’une telle limitation ne porte pas préjudice au contrat de manière générale et ne le vide pas de sa substance) et à exclure en tout état de cause les dommages indirects et consécutifs après les avoir définis (par exemple, le manque à gagner) dans le chef du client. 

2.    Livraison de biens et/ou de services pendant la crise du coronavirus

Les entreprises ont également des questions pratiques sur les modalités concrètes de mise en œuvre de la fourniture actuelle de biens et/ou de services. 

L’arrêté ministériel du 23 mars 2020 stipule que, dans le cas de l’exercice d’une profession non-essentielle, un entreprise peut continuer à opérer et donc à livrer des biens et/ou des services à des clients, pour autant que ce soit fait par la voie du télétravail. Si le télétravail n’est pas possible pour l’exécution d’un travail particulier, une entreprise ne peut continuer à exercer des activités professionnelles non essentielles que dans la mesure où le respect de la règle de la distanciation sociale est garanti, tant dans l’exercice des activités que pendant le transport organisé par l’employeur. La règle ci-avant n’est pas d’application aux entreprises des secteurs cruciaux et aux services essentiels, tels qu’ils sont limitativement énumérés dans l’annexe de l’arrêté ministériel du 23 mars 2020. Ces entreprises sont toutefois tenues de mettre en œuvre, dans la mesure du possible, le système de télétravail à domicile et les règles de distanciation sociale, mais ne doivent pas fermer dans l’hypothèse où le respect de cette règle ne pourrait pas être sauvegardé. 

Plus concrètement, cela signifie qu’une entreprise peut continuer à exercer ses activités et, en particulier, qu’il n’y a pas d’interdiction générale des autorités publiques d’exercer une profession spécifique, à condition que l’entreprise prévoie les mesures de sécurité appropriées. Une entreprise pourra continuer à fournir des marchandises à ses clients et les clients pourront continuer à collecter des marchandises auprès d’une entreprise, à condition que la règle de la distanciation sociale soit maintenue. Par exemple, les marchandises peuvent de préférence être livrées ou récupérées à la porte. Si une signature du client est requise pour la livraison d’un bien spécifique, le fournisseur peut apposer cette signature, à condition qu’elle soit faite en présence du client. Ces mesures peuvent être prises afin de sauvegarder ainsi la règle de la distanciation sociale. 

En matière de transport de marchandises également, une entreprise devra se montrer vigilante et respecter la règle de la distanciation sociale afin de protéger ses propres employés/transporteurs, ce qui signifie, par exemple, qu’une seule personne par moyen de transport peut être admise. Cela peut avoir comme conséquence qu’une entreprise stipule, par exemple, que seules les marchandises qui peuvent être livrées par une seule personne, peuvent être actuellement livrées. 

Une entreprise ne pourra donc invoquer l’arrêté ministériel du 23 mars 2020 comme une situation de force majeure que si elle démontre qu’elle se trouve dans l’impossibilité (relative) d’exercer ses activités tout en préservant la règle de la distanciation sociale. 

3.    Mesures d’aide aux entreprises en difficulté

Dans l’intervalle, un grand nombre de mesures d’aide ont été prévues en faveur des entreprises en difficulté. Pour un aperçu des différentes mesures auxquelles vous pouvez faire appel en tant qu’entreprise, nous vous renvoyons au site web de Réseau flamand des entreprises (Néerlandais), de l’Union Wallonne des Entreprises (Français), de BECI (Néerlandais/Français) et de la FEB (Néerlandais/Français). 

Voir aussi : Lydian ( Mr. Hugo Keulers ,  Mr. Jo Willems )

[+ http://www.lydian.be]


Click here to see the ad(s)
Tous les articles Pratiques de commerce

Derniers articles Pratiques de commerce

Abus de dépendance économique : une nouvelle arme pour David contre Goliath
18/06/2020

Au plus tard le 1er décembre 2020, l’article IV.2/1 du Code de droit économique entrera en vigueur. Ce...

Abus de dépendance économique : une nouvelle arme pour David contre Goliath Read more

CJEU rules on geographical limitation clauses in wake of PIP scandal
12/06/2020

The CJEU held in this case that an individual cannot rely on the general prohibition of discrimination on grounds of natio...

CJEU rules on geographical limitation clauses in wake of PIP scandal Read more

Les PME doivent être payées dans les 60 jours
06/05/2020

Le 29 octobre 2019, la loi du 28 mai 2019 modifiant la Loi concernant la lutte contre le retard de paiement dans les trans...

Read more

COVID-19 : la nouvelle interdiction des réductions de prix
08/04/2020

La crise actuelle contraint tous les acteurs économiques à devoir s’adapter, sous l’effet notamm...

Read more

Derniers articles de Mr. Hugo Keulers

Le Coronavirus provoque-t-il aussi une recrudescence d’actions collectives (class actions) en B...
08/06/2020

Il a été généralement admis entre temps que la pandémie du Coronavirus constitue une si...

Read more

L’accès à la justice durant la crise du Coronavirus
16/04/2020

Nu de semi-lockdown al een maand in voege is, begint meer en meer duidelijk te worden dat de door de overheid opgelegde re...

Read more

Abrogation de l’article 20 de la Loi sur les Assurances qui contient une limitation quant au ty...
27/04/2017

La loi du 18 avril 2017 portant des dispositions diverses en matière d’économie modifie certaines...

Read more

Nouveau Règlement FSMA sur les rapports adéquats
15/12/2016

Dans le cadre de la continuation de la mise en œuvre des règles de conduite MiFID, le Moniteur belge publie a...

Read more

Derniers articles de Mr. Jo Willems

Le Coronavirus provoque-t-il aussi une recrudescence d’actions collectives (class actions) en B...
08/06/2020

Il a été généralement admis entre temps que la pandémie du Coronavirus constitue une si...

Read more

The new conflict rules on the forced transfer of shares under the new Belgian Company Code
08/03/2019

On 28 February 2019, the new Belgian Company Code was approved indefinitely by the plenary session of the Belgian Parliame...

Read more

Des changements importants en ce qui concerne la responsabilité des administrateurs en cas de fa...
04/05/2018

Le Livre XX « Insolvabilité des entreprises » du Code de droit économique (CDE) est entré...

Read more

Class actions: annulation partielle des dispositions par la Cour Constitutionnelle belge
29/03/2016

Les dispositions sur les class actions contenues dans le Code belge de Droit Economique ont été partiellemen...

Read more

LexGO Network