La nouvelle obligation déclarative des montages fiscaux agressifs : qui ? quand ? quoi ?
22/02/2021

Depuis le 1er janvier 2021, les conseillers fiscaux et autres intermédiaires doivent communiquer aux autorités fiscales des informations sur certaines constructions (fiscales) transfrontalières. Cette obligation déclarative découle de la fameuse directive européenne « DAC 6 », transposée en Belgique par une loi du 20 décembre 2019.

Il s’agit sans aucun doute de l'une des évolutions les plus importantes de ces dernières années sur la scène fiscale internationale. Les premières déclarations « DAC 6 » doivent être rentrées au plus tard le 28 février 2021. Le temps est donc venu d’analyser brièvement les principales questions pratiques que suscitent cette nouvelle obligation déclarative.

Quoi ? Les ‘intermédiaires’ ne sont pas obligés de signaler toutes leurs combines fiscales aux autorités fiscales. Seuls certains dispositifs transfrontières agressifs doivent être déclarés. La liste des montages à déclarer est toutefois très large. Certaines structures tombant sous le coup de l'obligation de déclaration sont en effet définies par la loi en termes vagues et généraux, ce qui posera sans aucun doute beaucoup de problèmes (et de maux de tête) aux intermédiaires concernés. A titre illustratif, les montages suivants pourraient dans certains cas être visés :

•    la cession par une personne physique d’actions à une holding étrangère qu’elle contrôle (avec à la clef la réalisation d’une plus-value sur actions exonérée);

•    certaines techniques de planification successorale transfrontières mises en place par des particuliers belges (utilisation d’une fondation hollandaise, souscription de produits d’assurance-vie luxembourgeois, donation à des enfants non-résidents,…)

•    le transfert par une société belge d’actifs incorporels difficiles à évaluer à une société liée étrangère;

•    le versement par une société belge d’intérêts ou de commissions à une société liée faiblement imposée ;

•    le transfert d’actifs (affectés à une activité commerciale) par une société belge à une société étrangère liée ;

•    le paiement par une société étrangère de redevances à une société belge bénéficiant de la déduction pour revenus d’innovation, etc.

Qui ? L’obligation déclarative incombe en principe à l’«intermédiaire» impliqué dans la conception ou la mise en œuvre du montage en question. Sont non seulement visés les  cabinets internationaux d'avocats ou de consultance (‘Big Four‘) - dont la planification fiscale est le pain quotidien -, mais aussi les banques, experts-comptables, gestionnaires de fortune, estate planners, réviseurs d'entreprises, asset managers de fonds d’investissement, compagnies d’assurance, family offices,.. qui fournissent une aide ou une assistance dans la conception ou la mise en place du dispositif. Dans certains cas, l'obligation de déclaration est transférée sur les épaules du contribuable, par exemple lorsque l’intermédiaire est protégé par le secret professionnel (avocat).

Quand ? L’intermédiaire doit fournir aux autorités fiscales une panoplie d’informations sur les dispositifs en question, endéans une période de 30 jours. Ce délai commence à courir dès la « mise à disposition » du montage au contribuable, c’est-à-dire avant sa mise en œuvre effective. Il ne peut être exclu qu'un fonctionnaire vienne à contacter un conseiller fiscal, peu après avoir reçu les informations sur un dispositif, pour l'informer que l'administration pourrait contester le dispositif, par exemple sur la base de dispositions anti-abus, s'il venait à être mis en œuvre ! De belles discussions en perspective…

Les intermédiaires auraient tort de prendre ces nouvelles obligations déclaratives à la légère.  Leur violation est en effet passible de lourdes sanctions (l’échelle d’amendes peut aller jusqu'à 100.000 euros !), sans oublier le risque réputationnel (ce qui ne laissera pas les banquiers indifférents…).

Les intermédiaires ont intérêt à mettre en place des procédures internes aptes à détecter les montages transfrontaliers agressifs auxquels ils participent, de manière à pouvoir remplir leur obligation déclarative à partir de fin février 2021. Vu la complexité et la lourdeur de ces nouvelles obligations, la création de services dédiés à DAC 6, en particulier au sein des banques et des cabinets de consultance internationaux, semble quasiment inéluctable. La compliance est décidément un métier d’avenir !

Zie ook : Bloom ( Mr. Denis-Emmanuel Philippe )

[+ http://www.bloom-law.be]

Mr. Denis-Emmanuel Philippe Mr. Denis-Emmanuel Philippe
Partner
[email protected]

Click here to see the ad(s)
Alle artikels Vennootschapsbelasting

Laatste artikels Vennootschapsbelasting

Renouncing BE-REIT or FIIS status: the Ruling Commission clarifies the tax consequences
22/06/2021

In a press release dated 12 May 2021, Leasinvest Real Estate announced its intention to give up its public regulated ...

Read more

The ELTIF: amendments in the Belgian AIFM Law
17/06/2021

On 19 April 2021, a draft law on diverse financial provisions (the “Draft Law”) was published. The Draft Law w...

Read more

Far-reaching EU tax reform plans announced: what they could mean for corporate taxpayers
20/05/2021

On 18 May 2021, the European Commission issued a communication on “Business Taxation for the 21st Century”. Th...

Far-reaching EU tax reform plans announced: what they could mean for corporate taxpayers Read more

Op weg naar de alwetendheid van de fiscus? DAC 7 gepubliceerd, DAC 8 op komst
19/05/2021

De fiscus weet al behoorlijk veel over de burgers en een groot deel van die informatie is opgeslagen in een “datawar...

Read more

Laatste artikels van Mr. Denis-Emmanuel Philippe

Dividendes de sociétés française : circulaire du 28 mai 2021
07/06/2021

La date de dépôt des déclarations à l’impôt des personnes physiques approchant &agr...

Read more

Les 40 milliards euros d’argent noir sur les comptes belges, une manne financière idéale pour...
03/05/2021

Dans un rapport explosif de février 2021, la Cour des comptes exhorte le gouvernement à “porter plus d...

Read more

Les assurances-vies de la branche 23, la taxe Caïman et la taxe sur les comptes-titres : un tri...
29/04/2021

Lorsqu’un particulier investit dans un portefeuille-titres, il subit en principe le précompte mobilier (au ta...

Read more

Promoteurs immobiliers et TVA: une liaison dangereuse
15/04/2021

Les promoteurs immobiliers, dont l’activité habituelle consiste à céder avec TVA des bâti...

Read more

LexGO Network