Dissolution judiciaire plus efficace pour les sociétés fantômes
13/06/2017

A compter de ce 12 juin, des procédures de dissolution plus efficaces entrent en vigueur pour les sociétés fantômes, qui ne sont pas/plus actives et les sociétés dont les responsables ne disposent pas des connaissances requises.

Alors que précédemment ces procédures devaient être diligentées par le parquet, c’est désormais à la chambre d'enquête commerciale qu’il en revient principalement la tâche. 

Absence de dépôt des comptes annuels

La première voie tracée par le législateur pour lutter contre ces sociétés est l’absence de dépôt des comptes annuels. La dissolution judiciaire en raison de l’absence de dépôt des comptes annuels devient désormais possible après un exercice comptable, là où 3 exercices consécutifs étaient auparavant nécessaires.

Lorsque cette demande de dissolution judiciaire émane du ministère public ou d’une personne intéressée, la société citée à comparaître sera entendue par le tribunal qui aura l’obligation de lui accorder un délai de régularisation d’au moins 3 mois. Le juge ne pourra donc prononcer la dissolution qu’après l’expiration de ce délai.

Désormais, la chambre d’enquête commerciale (composée d’un juge professionnel et de deux juges consulaires) peut également, si elle estime que la dissolution peut être prononcée, communiquer le dossier au tribunal (cette décision de renvoi motivée est également transmise au Procureur du Roi).

Dans ce cas, le tribunal peut soit accorder un délai de régularisation par lequel il renvoie le dossier à la chambre d’enquête commerciale pour le suivi, soit prononcer la dissolution.

Dans tous les cas, l’action en dissolution ne peut être introduite qu’à l’expiration d’un délai de 7 mois qui suit la date de clôture de l’exercice comptable.

Autres motifs de liquidation judiciaire

Le tribunal pourra désormais également prononcer la dissolution dans les trois cas suivants:

la société a été radiée d’office par la Banque-Carrefour des Entreprises;
malgré deux convocations à 30 jours d’intervalle, la seconde par pli judiciaire, la société n’a pas comparu devant la chambre d’enquête commerciale;
les administrateurs ou gérants ne disposent pas des connaissances de gestion de base ou des compétences professionnelles imposées pour l’exercice de l’activité de la société.

Cette dissolution ne peut être prononcée aussi longtemps qu’une procédure de faillite, de réorganisation judiciaire ou de dissolution (ordinaire) de la société est pendante.

Liquidation de la société dissoute

Le tribunal prononçant la dissolution a trois options:

  1. le tribunal peut prononcer la clôture immédiate de la liquidation;
  2. le tribunal peut déterminer le mode de liquidation et désigner un ou plusieurs liquidateurs;
  3. le tribunal peut, au cas où aucun intéressé n’a demandé la désignation d’un liquidateur, décider de ne pas clôturer la liquidation immédiatement mais de ne cependant pas désigner de liquidateur.

Dans ce dernier cas, un délai d’un an commence à courir à compter de la publication de la dissolution au Moniteur belge. Pendant ce délai, tout intéressé a encore la possibilité de requérir la désignation d’un liquidateur auprès du tribunal.

Par contre, si aucun intéressé ne réagit dans l’année, les dettes de la société sont considérées d’office comme irrécouvrables, les actifs reviennent de plein droit à l’État et la liquidation est réputée clôturée.

Obligation de collaboration

En cas de dissolution judiciaire, les administrateurs et gérants doivent collaborer avec le liquidateur(répondre aux convocations, fournir tout renseignement, vérification des livres et écritures comptables, etc…).

Des sanctions sont prévues afin que cette obligation de collaboration soit respectée. Les administrateurs et gérants pourront notamment se voir sanctionnés par une interdiction professionnelle. L’interdiction d’exercer la fonction d’administrateur d’une personne morale s’applique pour 3 ans au maximum. 

Rôle du ministère public

D’une part, s’agissant du rôle du ministère public, quand la chambre d’enquête commerciale communique le dossier de la société au tribunal de commerce afin qu’il se prononce sur la dissolution, le ministère public est tenu de rendre un avis lorsque le tribunal en fait la demande. Ces affaires doivent d’ailleurs toujours aussi être communiquées au ministère public.

D’autre part, lorsque l’actif net de la société est réduit à un montant inférieur au minimum du capital libéré (6.200 euros pour une SPRL et 61.500 euros pour une SA), il est désormais prévu que le ministère public puisse engager une action en dissolution. La loi conférait déjà, auparavant, ce droit aux parties intéressées.

Il est néanmoins à noter que dès le dépôt de la requête en réorganisation judiciaire, la société concernée ne peut être déclarée en faillite ni dissoute judiciairement.

A suivre

D’autres modifications sont encore attendues en droit des sociétés et des associations puisque le législateur planche sur une réforme du Code des sociétés dans son entièreté et ce, dans le but de le simplifier et de le moderniser. La réforme qui se veut approfondie et exhaustive afin de mettre à la disposition des sociétés et des associations des outils réellement efficaces est annoncée pour cette législature. Nous vous tiendrons bien évidemment informés.

Voir aussi : Lydian ( Mr. Luc Germonpré ,  Mrs. Marie-Lise Pottier )

[+ http://www.lydian.be]

Mr. Luc Germonpré Mr. Luc Germonpré
Senior Associate
luc.germonpre@lydian.be
Mrs. Marie-Lise Pottier Mrs. Marie-Lise Pottier
Senior Associate
MarieLise.Pottier@lydian.be

Click here to see the ad(s)
Tous les articles Droit des entreprises en difficulté

Derniers articles Droit des entreprises en difficulté

De bedrijfsleider als borgsteller voor vennootschapsschulden: valt er fiscaal iets te recupereren?
20/07/2020

Het is een herkenbare situatie, al zeker in een crisisperiode. Een vennootschap wenst te investeren. Daarvoor heeft zij kr...

De bedrijfsleider als borgsteller voor vennootschapsschulden: valt er fiscaal iets te recupereren? Read more

Einde coronabeschermingsregeling voor ondernemingen – de gerechtelijke reorganisatie als redmid...
17/06/2020

`De regering voerde bij K.B. van 24 april 2020 een tijdelijke beschermingsregeling in om ondernemingen, die betalings...

Einde coronabeschermingsregeling voor ondernemingen – de gerechtelijke reorganisatie als redmiddel ter vermijding van faillissement? Read more

“Prolongation du cessez-le-feu – moratoire pour les faillites et voies d’exécution jusqu...
18/05/2020

Le 24 avril 2020, un sursis pour les voies d’exécution des créanciers et les déclarations ...

Read more

Royal Decree number 15: Covid-19 crisis and suspension of execution
28/04/2020

On the 24 April 2020, the Royal Decree number 15, regarding the temporary suspension in favour of undertakings of executiv...

Read more

Derniers articles de Mr. Luc Germonpré

Le registre UBO - où en est-on?
14/09/2018

La loi du 18 septembre 2017 relative à la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrori...

Read more

Responsabilité pénale des personnes morales en mutation
04/09/2018

Une loi du 11 juillet 2018 modifie les articles 5 et 7bis du Code pénal en ce qui concerne la responsabil...

Read more

La réforme de l’audit pour la Saint Sylvestre
30/12/2016

Le 31 décembre 2016, la réforme de l’audit fera son entrée dans le paysage juridique belge...

Read more

Transposition de la directive européenne sur la comptabilité
08/04/2016

De la transposition de la directive européenne sur la comptabilité dans le Code des Société et...

Read more

Derniers articles de Mrs. Marie-Lise Pottier

Un Nouveau Code De Bonne Gouvernance Pour Les Societes Non Cotees
29/06/2017

Une troisième édition du Code Buysse (Code Buysse III) a été publiée en mai 2017. ...

Read more

La réforme de l’audit pour la Saint Sylvestre
30/12/2016

Le 31 décembre 2016, la réforme de l’audit fera son entrée dans le paysage juridique belge...

Read more

LexGO Network