Le point de départ de la période de 7 jours ouvrables pour la résiliation d'un contrat d'agence commerciale du fait de circonstance exceptionnelle ou manquement grave.
02/10/2020

Le point de départ du délai de 7 jours ouvrables pour la résiliation d'un contrat d'agence commerciale en raison d'une circonstance exceptionnelle ou d'un manquement grave a fait couler beaucoup d'encre ces dernières années. Cet e-zine clarifie la manière dont cette règle doit être appliquée, à la lumière de la jurisprudence de la Cour de cassation la plus récente.

1. POURQUOI CHOISIR DE METTRE FIN À UN CONTRAT D’AGENCE COMMERCIALE EN RAISON D’UNE CIRCONSTANCE EXCEPTIONNELLE OU D'UN MANQUEMENT GRAVE?

Un contrat d'agence commerciale à durée indéterminée peut être résilié à tout moment par chacune des parties, sous réserve du respect d'un délai de préavis ou du paiement d'une indemnité en lieu de préavis.

En outre, la cessation du contrat d’agence commerciale donne droit à une indemnité d'éviction dans le chef de l’agent commercial lorsque ce dernier a apporté de nouveaux clients au commettant, ou a développé sensiblement les affaires avec la clientèle existante, pour autant que cette activité puisse encore procurer des avantages substantiels au commettant. 

En revanche, si le contrat d’agence commerciale est résilié en raison de circonstance exceptionnelle ou de manquement grave, il n’existe pas d’obligation de respect d’un délai de préavis ni de payement d’une indemnité en lieu de préavis. Dans un tel cas, le commettant n'est pas non plus tenu de payer une quelconque indemnité d’éviction à l’agent commercial.

Invoquer avec succès l’application des règles relatives à la résiliation pour cause de circonstance exceptionnelle ou de manquement grave (en vertu de l'article X.17 du Code de droit économique - CDE) peut donc avoir un impact financier important.

2. DÉLAI DE 7 JOURS OUVRABLES À RESPECTER

Pour pouvoir invoquer les règles susmentionnées, il est nécessaire d’établir qu'une partie a commis un manquement si grave qu'il rend définitivement impossible toute collaboration professionnelle entre le commettant et l'agent commercial. Plus précisément, ce manquement doit causer une rupture de confiance définitive et irréparable entre les deux parties. 

La partie qui souhaite résilier le contrat doit tenir compte d’un délai légal de 7 jours ouvrables pour invoquer le fait justifiant rupture.

L'article X.17 CDE stipule en effet que : « Le contrat ne peut plus être résilié sans préavis ou avant l'expiration du terme, lorsque le fait qui l'aurait justifié est connu de la partie qui l'invoque depuis sept jours ouvrables au moins ».

En outre, le second paragraphe de l'article X.17 CDE met en place une autre condition légale à respecter : la circonstance exceptionnelle ou le manquement grave doit être notifié(e) par exploit d'huissier de justice ou par lettre recommandée à la poste, expédiée dans les sept jours ouvrables qui suivent la résiliation. L’application de cette règle est toutefois généralement plus souple dans la pratique. 

Le non-respect du délai susmentionné entraîne la nullité de la résiliation, ce qui implique qu’une indemnisation sera en principe due.

3. QUAND COMMENCE LE DÉLAI DE 7 JOURS OUVRABLES?

a.    Règles générales

Le délai de 7 jours est un délai de déchéance. Si une partie met fin tardivement au contrat d'agence commerciale, elle prend donc le risque d’avoir mal évalué le délai susmentionné et de voir sa demande de résiliation du contrat sur base de ces règles frappée de nullité. Si, en revanche, une partie met fin prématurément à son contrat, elle court le risque qu’il soit considéré que les faits invoqués n’étaient pas encore suffisamment exceptionnels ou graves au moment de la demande de rupture. 

La charge de la preuve du respect de ce délai incombe à la partie qui résilie le contrat. Cette partie devra notamment établir de manière certaine le moment où elle a disposé d’une connaissance suffisante du fait qui, selon elle, constitue une circonstance exceptionnelle ou un motif grave justifiant la demande de rupture. 

b.    Arrêts de la Cour de cassation

Deux questions spécifiques se posent quant au point de départ du délai de 7 jours:

Quelle partie doit avoir connaissance du fait justifiant la résiliation, qui est « la partie qui l'invoque »? 
Quand existe-t’il une connaissance effective du fait qui constitue une circonstance exceptionnelle ou un manquement grave, quand ce fait est-il connu, et quand existe-t’il une certitude suffisante à ce sujet? 

La Cour de cassation s'est prononcée sur la première question dans son arrêt du 30 janvier 2015. La personne ou, dans le cas d'une personne morale, l'organe qui doit avoir connaissance des faits justifiant la résiliation du contrat d'agence commerciale pour motif urgente, est l'entité autorisée à résilier le contrat d'agence commerciale. 

La Cour de cassation s'est récemment prononcée sur la deuxième question dans son arrêt du 14 novembre 2019. Selon la Cour, la connaissance effective du fait est établie au moment où la partie résiliant le contrat a une certitude suffisante quant à l'existence du fait et aux circonstances qui font de ce fait un motif de résiliation sans préavis, lui permettant de prendre une décision en toute connaissance de cause au vu de ses propres convictions, ainsi qu’à l’égard des autres parties et de la juridiction saisie. Est seul déterminant le moment où la partie résiliant le contrat prend effectivement connaissance de l’existence et de la gravité des faits qu’elle invoque, et non le moment où cette partie aurait pu en prendre connaissance.

Cette jurisprudence introduit donc un certain critère du « raisonnable » dans l'évaluation du point de départ du délai de 7 jours. Il en reste que la partie résiliant le contrat devra faire attention à accomplir les mesures requises au bon moment, dans le respect des formalités requises. 

Voir aussi : Lydian ( Mrs. Sandra Lodewijckx ,  Mr. Marijn De Ruysscher )

[+ http://www.lydian.be]

Mrs. Sandra Lodewijckx Mrs. Sandra Lodewijckx
Partner
sandra.lodewijckx@lydian.be
Mr. Marijn De Ruysscher Mr. Marijn De Ruysscher
Counsel
marijn.deruysscher@lydian.be

Click here to see the ad(s)
Tous les articles Droit de la distribution

Derniers articles Droit de la distribution

How will the B2B Law affect distribution and services agreements?
06/11/2020

With the Law of 4 April 2019 concerning the abuse of economic dependence, unfair clauses and unfair market practices in B2...

Read more

Les 8 questions à se poser dans le cadre de la nouvelle législation B2B
10/09/2020

Les nouvelles règles sur l’abus de dépendance économique sont entrées en vigueurs ce 22 ...

Les 8 questions à se poser dans le cadre de la nouvelle législation B2B Read more

(Shop Based) Commercial Agent Protected even in the Absence of the Power to Negotiate the Price
29/07/2020

In Trendsetteuse (C-828/18), the Court of Justice of the EU held that in order to be protected under the Commerc...

Read more

La nouvelle loi B2B et le contrat de franchise
28/01/2020

La loi du 4 avril 2019 modifiant le Code de droit économique a introduit dans ce dernier un certain nombre de nouve...

Read more

Derniers articles de Mrs. Sandra Lodewijckx

Cassation 7 septembre 2020 : Le rapport entre l’omission intentionnelle du preneur d'assurance ...
26/10/2020

Le 7 septembre 2020, la Cour de cassation a cassé un arrêt de la Cour d'appel d'Anvers du 21 juin 201...

Read more

Update en droit des assurances : actualisation la circulaire coupole gouvernance de la BNB
06/07/2020

Le 5 mai 2020, la Banque Nationale de Belgique (“BNB”) a publié une seconde actualisation[1] de sa...

Read more

Mise à jour de la réglementation en matière d’assurances: impact du COVID-19 sur la régleme...
15/04/2020

1.    Depuis le début de l’épidémie de COVID-19 (« Coronavirus &...

Read more

Mise à jour de la réglementation en matière d’assurances : impact du COVID-19 sur la surveil...
20/03/2020

 Le 17 mars 2020, l'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles («&nb...

Read more

Derniers articles de Mr. Marijn De Ruysscher

New Belgian Arbitration Act enters into force on 1 September 2013
08/07/2013

As from 1 September 2013, Belgium will have a new and modern Arbitration Act. It is based on the UNCITRAL Model Law while ...

Read more

LexGO Network