Intensification de la lutte contre l’évasion fiscale : les concepteurs de montages de planification fiscale dans le viseur
13/07/2017

Les affaires Panama Papers et Bahamas Leaks ont dévoilé l’utilisation, par des particuliers fortunés, de structures offshore à des fins d’évasion fiscale ; le scandale LuxLeaks a mis en lumière des schémas de planification fiscale internationale de grands groupes. Les particuliers aisés et les multinationales ne sont pas des surdoués de la fiscalité. Pour mettre en place leurs montages d’ingénierie fiscale, ils se font assister par un bataillon de professionnels: avocats, conseillers fiscaux, consultants, banquiers, etc. 

Ces experts fiscaux, qui étaient jusqu’ici épargnés par ces scandales à répétition, sont aujourd’hui dans la ligne de mire. Ainsi, une proposition de la Commission européenne du 21 juin prévoit-elle que les intermédiaires doivent transmettre aux autorités fiscales des informations relatives à certains dispositifs fiscaux à caractère potentiellement agressif. 

Cette obligation déclarative doit avoir lieu dans un délai de cinq jours ouvrables, commençant le jour suivant la mise à disposition du dispositif de planification fiscale au contribuable. Cette mesure procède du constat que le fisc arrive souvent trop tard (après l’expiration des délais de prescription). L’idée consiste à permettre aux autorités fiscales des Etats membres de réagir rapidement contre les pratiques fiscales dommageables, en procédant à des contrôles fiscaux ciblés.

Nul n’est besoin de préciser que cette obligation déclarative aura un effet dissuasif pour les professionnels qui conçoivent et commercialisent des montages d’optimisation fiscale. Pourquoi aller proposer une planification fiscale à un client si c’est pour ensuite aller la déclarer au fisc, lequel ne manquera pas de tout mettre en œuvre (en dégainant son arsenal de mesures anti-abus) pour neutraliser le schéma ? 

On anticipe déjà les questions que vont irrémédiablement se poser les praticiens de la fiscalité, en cas d’adoption de cette proposition de directive  : qui sont les intermédiaires visés ? quels sont les montages de planification fiscale devant faire l’objet d’une déclaration  ? 

La notion d’intermédiaire est très large, puisqu’elle couvre toute personne qui assume la responsabilité vis-à-vis du contribuable de la conception, de la commercialisation, de l’organisation ou de la gestion de la mise en œuvre des aspects fiscaux d’un montage de planification fiscale transfrontalier devant faire l’objet d’une déclaration. Sont principalement visés les avocats, les comptables, les conseillers fiscaux, les banques et les consultants. Certains professionnels échappent toutefois aux mailles du filet. Il s’agit principalement des intermédiaires qui (i) ne sont pas situés dans l’Union européenne ou (ii) bénéficient du secret professionnel en vertu de la législation nationale de leur Etat membre. Il revient dans ces hypothèses au contribuable lui-même (particulier ou entreprise destinataire du conseil) de transmettre les informations au fisc.

Il ne faut pas se fourvoyer : les intermédiaires ne doivent pas déclarer l’intégralité de leurs conseils fiscaux à l’administration fiscale de leur Etat de résidence. Seuls sont visés certains dispositifs de planification fiscale transfrontaliers comportant certaines caractéristiques – appelées « marqueurs » - révélatrices de leur caractère potentiellement agressif, notamment :

  • L’utilisation de pertes fiscales pour réduire la charge fiscale (transfert des pertes à une autre juridiction, accélération de l’utilisation de ces pertes) ;
  • Dispositifs prévoyant la déduction de paiements à une société liée faiblement taxée (société établie dans une juridiction qui lève un impôt des sociétés inférieur à la moitié de la moyenne des taux d’imposition des sociétés au sein de l’UE ; paiement bénéficiant d’une exonération fiscale partielle ou totale, etc).
  • Recours à des juridictions non liées par les accords d’échange automatique d’informations ou pourvues de régimes inadéquats en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux.

La proposition de directive vise essentiellement les systèmes d’évasion fiscale à grande échelle. Il va ainsi de soi qu’un comptable ne devra pas, par exemple, déclarer aux autorités fiscales belges la conception d’un montage de démembrement usufruit / nue-propriété (acquisition de l’usufruit d’un bien immeuble par la société, et de la nue-propriété par son dirigeant)… 

Related : Bloom ( Mr. Denis-Emmanuel Philippe )

[+ http://www.bloom-law.be]

Mr. Denis-Emmanuel Philippe Mr. Denis-Emmanuel Philippe
Partner
denis-emmanuel.philippe@bloom-law.be

Click here to see the ad(s)
All articles Corporate tax

Lastest articles Corporate tax

Cateringkosten in het kader van een publicitair evenement - nu ook volledig aftrekbaar in de inko...
20/04/2018

Vorige maand heeft de minister van Financiën zich nu ook op het vlak van de inkomstenbelastingen uitgesproken in die ...

Cateringkosten in het kader van een publicitair evenement - nu ook volledig aftrekbaar in de inkomstenbelastingen! Read more

Tax efficiency of leveraged dividends challenged by recent court decision
12/04/2018

Traditionally, Belgian tax law has been rather flexible in accepting the tax deductible character of interest due on lever...

Read more

Tip 2 - Lenen om een dividend uit te keren; interest aftrekbaar?
06/04/2018

TIP 2 - Kernpunten -  De scus vindt dat interest van leningen om dividenden uit te keren niet aftrekbaar is. - ...

Read more

Tip 1 - Recent vonnis past de algemene anti-misbruikbepaling toe op kapitaalverminderingen
03/04/2018

TIP 1 - Kernpunten - De fiscale administratie merkt een kapitaalvermindering aan als een dividenduitkering. - De rec...

Read more

Lastest articles by Mr. Denis-Emmanuel Philippe

Les réductions de capital effectuées fin 2017 sont-elles vraiment à l'abri ?
16/01/2018

Quelque 5.000 sociétés belges ont procédé à des réductions de capital avant la f...

Read more

De invoering van een fiscale consolidatie: een kleine revolutie in het Belgische fiscale landschap
13/09/2017

Grote multinationals zijn niet blij met de plannen van de federale regering om de vennootschapsbelasting te verlagen. Ze k...

Read more

Fantoomtaks
01/09/2017

Een van de meest opmerkelijke maatregelen uit het Zomerakkoord van de regering Michel is ongetwijfeld de taks op effectenr...

Read more

Ondermijnen Rulings Onze Samenleving?
06/07/2017

Het artikel gaat vervolgens specifiek in op de excess profit rulings, die multinationals toelaten om een deel van hun over...

Read more

LexGO Network